A faire

Mike De Guchteneire du Fietsen Mike


Mike de Guchteneire a commencé comme jobiste, pour finalement reprendre l’affaire quelques années plus tard. Cela fait vingt ans maintenant, et Fietsen Mike est devenu une valeur sûre. Toute la famille habite à la mer. « Enfants, nous tracions un parcours à suivre avec les cuistax. »
 

« Mon prédécesseur, Luc Van Walle, a lancé une affaire modeste dans les années quatre-vingts. Lorsque j’ai eu seize ans, après quelques candidatures, je suis arrivé sur la digue, chez Luc. Il avait besoin de quelqu’un pour la location de vélos, et j’y ai donc commencé comme étudiant. Et comme Luc s’est attaché de plus en plus à la production des cuistax, j’ai commencé à travailler systématiquement chez lui après l’école.

L’hiver, je donnais un coup de main pour la fabrication, l’été pour les locations. J’aimais bien bricoler les cuistax et les vélos et le contact avec les clients me plaisait aussi. En 1997, Luc m’a demandé si je voulais reprendre l’affaire. La vie d’indépendant me tentait et j’ai donc accepté.
 

« Jouer pendant des heures sur la plage, construire des châteaux de sable, se baigner dans la mer… j’ai eu une jeunesse formidable, insouciante. »
 

Je ne suis pourtant pas un enfant de la mer : je suis né à Gand. Nous n’avons déménagé à Knokke qu’à mes dix ans, mais j’ai donc passé tout de même une grande partie de ma jeunesse à la mer. Avec les amis, on traçait un parcours sur mesure pour nos cuistax et durant les cours de conduite à l’école, nous pouvions circuler avec nos cuistax. Jouer pendant des heures sur la plage, construire des châteaux de sable, se baigner dans la mer… j’ai eu une jeunesse formidable, insouciante.

Mes enfants ont également grandi ici. Ma fille aînée a dix-huit ans et travaille chez moi comme jobiste. Lorsqu’elle était enfant, elle venait presque chaque jour au magasin avec moi en été. J’ai une cabine juste devant la porte. Aujourd’hui, elle s’y installe pour lire mais avant, elle y fabriquait des fleurs en papier qu’elle vendait sur place. Nous nous promenions régulièrement au bord de la mer, pour acheter des fleurs à d’autres étals, et parfois elle allait jouer chez une amie, dont les parents avaient un établissement sur la plage. Elle roulait souvent en cuistax aussi. L’été, nous ne partions jamais en voyage car le magasin était ouvert chaque jour. Ma fille allait parfois au camp.

 

« C’est dans l’ADN de notre famille, c’est sa
   particularité. »
 

C’est grâce à la mer que j’ai rencontré ma deuxième épouse. Elle travaillait pour une amie à moi qui était marchande de glaces. C’est comme ça que je l’ai rencontrée. J’ai commencé par la fréquenter en tant qu’amie et un bel amour a fleuri. Maintenant, nous avons deux enfants ensemble, de quatre ans et d’un an. Ce sont également des enfants de la mer. Le plus âgé des deux veut déjà aider à rentrer les cuistax. C’est dans l’ADN de notre famille, c’est sa particularité.

Les clients d’avant reviennent avec leurs propres enfants, et année après année on retrouve les mêmes personnes. J’ai encore beaucoup de cuistax anciens. Une jeep, par exemple, à la taille des petits enfants, avec une petite porte. De la pure nostalgie. Mais aujourd’hui, ce sont surtout les cuistax à trois roues dans lesquels on s’allonge qui ont le vent en poupe. Ils se dirigent avec les fesses. Et bien que nous ayons des grands et des petits modèles, il arrive qu’un enfant soit malgré tout trop petit pour le conduire et verse quelques larmes de frustration. Surtout si le grand frère ou la grande sœur y parvient… »


Fietsen Mike - Zeedijk-Alberstrand 561, 8301 Heist - 050 61 31 13


<afbeelding nostalgisch trippen in Knokke>

En raison de la crise de la corona, les heures d'ouverture et les horaires peuvent varier. En cas de doute, il est préférable de contacter l'entrepreneur lui-même.
Vous sortez plus souvent dans votre pays cet été ? Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque mois des conseils pour des excursions de loisirs en Flandre occidentale !

INSCRIVEZ-VOUS