A faire

Blogueur Niel Van Herck de Tjoolaard raconte

Si je vivais au Moyen-Âge, je serais troubadour. Voyager d’un endroit à l’autre, m’imprégner de l’environnement, des gens, de la nourriture, des odeurs et des couleurs. Mais aussi rechercher des histoires, aller vers ce qui est inconnu, différent. Et puis fusionner le tout dans une expérience, une histoire nouvelle. Mais heureusement pour vous, je ne chante pas. Je me contente de pianoter sur un clavier et de jouer de la caméra. Je suis un troubadour numérique qui se promène dans le monde et partage ses histoires.

C’est l’une de mes occupations préférées. Je ne peux pas rester sans rien faire, je suis curieux de tout et rester à la maison n’est pas mon fort. Voilà pourquoi je voyage beaucoup. En Europe, dans des destinations lointaines, mais aussi dans mon propre pays. Avec une préférence pour les expériences en plein air, dans la nature, dans des circonstances un peu extrêmes. Voyager différemment. Du moment que la découverte reste le fil conducteur.

Mon but? Non pas élaborer pour vous un plan de voyage détaillé, mais vous donner envie de partir en voyage.

48 h à Koksijde et Oostduinkerke: retour aux sources

Mes lecteurs fidèles le savent bien: Gand est mon grand amour. En septembre, j’aurai officiellement habité aussi longtemps à Gand que dans mon village natal, Oostduinkerke. Les années passent … Westtoer m’a invité à retourner là où je suis né et à revivre ma jeunesse. Et pour retrouver en moi un enthousiasme authentiquement juvénile, j’ai emmené mes deux filleuls et ma sœur. En route pour 48 heures de voyage dans le temps.

Tjolaard in Koksijde-Oostduinkerke ziet de garnaalvissers te paard aan het werk
Garnaalvissers te paard in Koksijde-Oostduinkerke ontdekken met Tjolaard

Jour 1: Café matinal et crevettes

J’ai commencé la journée dans le bar à café assez récent Kiss My Coffee. Surtout parce qu’il sert un délicieux café, mais l’intérieur me plaît aussi. Mais comme le soleil est de la partie, je m’installe dehors. De l’autre côté de la rue se trouve le magasin où j’ai passé des heures, enfant et adolescent: l’OoDeeKay Skateshop. Chief Steve y règne toujours sur les decks et sneakers et c’est un peu grâce à lui (et à mon papa aussi) qu’Oostduinkerke possède l’un des plus beaux parcs de skate de Belgique.

10.00 h
J’ai vécu à Oostduinkerke pendant toute ma jeunesse. Quand j’étais gamin, je faisais partie du cortège des crevettes et j’en ai d’ailleurs une tatouée sur la jambe! En revanche, je n’ai jamais accompagné les pêcheurs de crevettes à cheval (respect, pourtant!). Trop touristique! Mais aujourd’hui, des années plus tard, le moment est venu pour moi d’enfin accompagner la foule en direction de l’eau, en admirant bouche bée les énormes chevaux de trait qui tirent lentement mais courageusement le filet, tout en portant le pêcheur jaune.

Et soudain, je comprends pourquoi cette attraction folklorique est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. La puissance du cheval, l’acharnement des pêcheurs, le jaune contre le gris. Des héros de la mer! Et rien ne surpasse les crevettes grises.

Op pad met Tjolaard in Koksijde-Oostduinkerke

12.00 h: Lunch surf&turf
Amateurs de viande, levez-vous! La boucherie Dierendonck est un phénomène à la Côte et le restaurant Carcasse du jeune Anthony Snoeck l’amplifie encore. Du grand professionnalisme dans ce restaurant spécialisé en viande, malgré le jeune âge du chef. D’ailleurs, Carcasse participe à Jong Keukengeweld. Un peu plus loin, ma belle-sœur exploite le Saumon d’Or, la meilleure poissonnerie-traiteur, proposant des plats de poisson originaux.

14.00 h
Encore plus de nostalgie. À l’école primaire, nous allions au moins une fois par an à l’Abbaye des Dunes de Koksijde (Abdij Ten Duinen). Une excursion scolaire à la découverte des ruines d’une abbaye jadis glorieuse, avec un musée débordant de raretés. Jusqu’au squelette du cachalot Valentin. Aujourd’hui, il ne s’y trouve plus, mais vous pouvez revivre le passé du musée grâce à la réalité virtuelle.

Lekker eten bij Lekkere Westen-chef Wielrijdersrust het Dorstige hart in Koksijde-Oostduinkerke met Tjolaard

16.00 h: Bunkers et Capitaine Zeppos
Bizarre de voir que les grandes dunes n’ont plus l’air d’être si grandes, soudainement. Serais-je quand même devenu un peu adulte? Soit, ce n’est pas une raison pour ne pas aller jouer dans le sable, me faire piquer par les oyats et sauter du haut des dunes. Mais le grand moment, c’est celui où l’on découvre le bunker à moitié enseveli dans le sable, datant de la guerre.

Quand on était enfants, on y jouait aux petits soldats. Le jour de mon anniversaire, le coffre au trésor rempli de biscuits ‘Prince’ du Capitaine Zeppos (joué par mon grand frère) y était caché. J’y ai amené mes premières amoureuses et y ai pris pas mal de gamelles en pratiquant le free running (encore qu’à cette époque, on appelait cela tout simplement ‘sauter d’une dune à l’autre’).

19.00 h
Nous dînons dans l’autre partie de la commune de Koksijde: Wulpen. L’établissement Wielrijdersrust - Het Dorstige Hart est connu surtout des cyclotouristes, qui aiment y faire étape, et où ils sont chaleureusement accueillis par la patronne, dame Adelheid.

21.00 h
Tout nouveau, et donc pas de nostalgie au programme, mais ce n’est pas plus mal. Win’est est un bar à vin élégant à l’intérieur sombre, situé sur la digue. Les meilleurs vins, des cocktails pour les fans, l’endroit idéal pour finir la soirée. Les fêtards peuvent se rendre au Possé, derrière le coin, ou au Viking, un peu plus loin.

In Koksijde-Oostduinkerke op pad met Tjolaard
Met Tjolaard op de billenkar aan de Kust in Koksijde-Oostduinkerke

Jour 2: Le temps de faire la course

10.00 h
Quand on est accompagné de petits monstres, il faut trouver de quoi les occuper. Il faut les voir d’abord tourner comme des hyperkinétiques autour des cuistax, finir par en choisir un, et puis non, plutôt un autre, et enfin partir faire du cross sur la digue, avec nous en train de courir derrière bien sûr. Je suis tout surpris de découvrir que les cuistax d’aujourd’hui sont équipés de tas de lumières et de choses qui font du bruit.

11.00 h
La plage était ma plaine de jeux. Creuser des trous, faire du skimboard, nager, construire des forts en sable (les châteaux, c’était pour les princesses), surfer, y passer des soirées, tout ce qu’on veut. Mon étonnement, en voyant que les petits se mettent instantanément à jouer aux mêmes jeux que moi quand j’étais gosse: écraser les coquillages ‘couteaux’ avec le pied, de préférence avec le moins de coups de talon possible. Ou laisser tomber sa sucette dans le sable, la regarder et la remettre en bouche.

Het Navigo Nationaal Visserijmuseum in Oostduinkerke met Tjolaard

13.00 h: Pêcheurs d’Islande et tomate crevettes
Dans la vie, il faut être rapide, surtout si on veut une table au Peerdevisscher. Derrière le comptoir, un vrai pêcheur de crevettes, et cela se goûte dans la cuisine. L’établissement sert la meilleure tomate crevettes et les meilleures soles à la sauce au beurre. Rien que d’écrire à leur sujet me donne envie d’en manger à nouveau.

14.00 h: Encore un classique scolaire: le musée de la pêche
Avant, je trouvais que c’était un endroit sinistre, plein de poupées bizarres dans de vieux intérieurs. C’est toujours le cas, mais les responsables ont fait de leur mieux pour que ce soit une expérience agréable. On se promène dans une ancienne maison de pêcheurs, on apprend l’histoire des pêcheurs d’Islande (bad boys for life) et on termine par un grand aquarium rempli de poissons, de crabes et autres bestioles marines. Le top pour les enfants, croyez-moi.