A faire

Elisabeth, de Plantbased, raconte :

Happy trip Knokke

Elisabeth - Plantbased

Elisabeth van Lierop (31 ans) a une petite fille, Nala, et attend un nouveau bébé pour le mois d’octobre. Elle est végétarienne depuis l’adolescence et peu à peu, la durabilité est devenue sa philosophie. Psychologue de formation, elle est persuadée qu’obliger et interdire donnent beaucoup moins de résultats que donner positivement envie de changer les choses et de faire des choix (meilleurs). C’est pourquoi elle essaie, sur son blog plantbased.be et sur Instagram (@elisabeth.van.lierop), d’inspirer tous ceux qui souhaitent réduire leur empreinte écologique avec des recettes vegan et des conseils durables.

Elle aime voyager avec sa famille. À la fin de l’année dernière, ils ont effectué un voyage en voiture de 100 jours en Espagne et au Portugal. L’année d’avant, ils étaient partis 6 semaines en Indonésie, mais ils font régulièrement aussi des petites excursions, comme une journée à la mer ou un citytrip à Malines, Rotterdam ou Paris.

Nous avons fêté notre babymoon et notre honeymoon en même temps et avons passé le week-end à Knokke.

Si vous m’aviez dit voici dix ans que mon voyage de noces se limiterait à une nuit à la Côte belge, je ne vous aurais pas cru. Mais comme notre deuxième bébé est attendu dans deux semaines, je trouvais plus prudent de rester à proximité de notre hôpital. Knokke était donc la destination idéale, dans ce contexte. Le voyage était spécial aussi, dans la mesure où c’était le dernier que nous accomplissions à trois. Knokke m’a agréablement surprise : outre les boutiques de luxe et les belles galeries d’art, la ville compte également beaucoup d’espaces verts.

Le voyage débute dès qu’on monte dans le train …

Depuis que j’ai lu un article sur l’impact écologique du voyage, installée sur une terrasse inondée de Bali, je réfléchis à deux fois lorsque nous prévoyons de voyager (j’ai d’ailleurs rédigé un article de blog à ce sujet). L’automne dernier, au lieu de monter dans un avion en direction des Tropiques, nous avons sillonné le sud de l’Europe en camping-car pendant 100 jours. Tout au long de ce circuit, j’ai vraiment pris conscience qu’il ne fallait pas aller de l’autre côté de la planète pour découvrir de beaux endroits. Et avec un peu de chance, il est même possible de se promener en T-shirt au soleil au mois de décembre en Espagne. Que demander de plus ?

Autre avantage de rester près de chez soi : on peut laisser la voiture au garage. D’innombrables belles destinations de citytrip sont faciles d’accès en train : pas d’embouteillages, pas de place de parking à chercher, non, vous pouvez regarder Netflix ou lire un bouquin tandis que vous rejoignez votre destination. Cette année, nous sommes allés en train à Amsterdam, Paris, Malines, Gand, Ostende et maintenant aussi à Knokke.

Grâce à une collaboration entre Westtoer et la SNCB, vous pouvez désormais réserver un billet Happy Trip pour 9,80 € seulement, aller et retour. Si vous réservez votre séjour auprès de l’un des hébergements participants sur ce site Internet, un code de réduction vous est envoyé pour acheter un billet Happy Trip. Ce titre de transport est valable au départ de toutes les gares belges vers l’une des 17 communes de Flandre occidentale participant à Happy Trip. Les enfants de moins de 12 ans voyagent gratuitement. Nous avons donc payé moins de 20 euros aller et retour (toutes les infos et les hébergements participants sur www.westtoer.be/happytrip).

Nala n’aime pas rester bloquée longtemps dans un siège auto et a donc apprécié que nous puissions lui lire des livres dès notre arrivée à bord du train et jouer à des tas de petits jeux sans devoir faire attention à la route.

Le Pain quotidien

Le trajet entre Anvers et Knokke a duré deux bonnes heures, et comme nous ne sommes pas des lève-tôt, nous sommes arrivés vers l’heure du lunch. Heureusement, la gare de Knokke se situe tout près du centre et après dix minutes de marche, nous étions arrivés à notre destination : le Pain Quotidien. Je trouve que c’est toujours chouette quand un établissement mise sur le bio et le végétal. Toute la carte n’est pas vegan, mais le menu indique clairement quels plats le sont et aucun supplément n’est facturé pour le lait d’amande ou de soja dans le café. Nous avons choisi cette fois de la soupe au potiron, un toast à l’avocat avec des algues, un veggie bowl avec notamment du potiron grillé, du houmous, de l’avocat, des lentilles et ensuite, nous avons pris une tartelette au chocolat avec un cappuccino au lait d’amande et un latte curcuma. Après cela, nous avions l’estomac rempli, ce que j’ai regretté car j’avais prévu de m’arrêter chez Bonjour pour prendre un petit café.

Le soir, j’avais décidé de me régaler avec un Beyond burger, les vegan Sticky Flower Wings, les beetroot balls, le Crazy Red Veggie burger et des frites de patates douces chez Ellis Gourmet Burger. Mais après notre longue promenade de l’après-midi, mon gros ventre n’avait plus envie de sortir de la chambre d’hôtel alors nous avons commandé… beaucoup trop de pains naan, Dahl, samosas et un byriani dans un take-out indien. 

Le Littoral est connu pour ses cassolettes de poisson, tomates crevettes et moules. Mais heureusement (pour nous), il y a de plus en plus d’établissements qui proposent des plats végétariens à leur carte. Je me suis ainsi laissé dire que Boo Raan, Cwart, Tablàvins et Surfers Paradise ont adopté des préparations veggie. Mais comme nous ne passions qu’une seule nuit à Knokke, nous ne pouvions pas tout tester. Raison de plus pour y retourner très vite.

La plage

L’avantage d’une telle excursion en automne est évident : nous avons eu toute la plage pour nous. Et bien que nous nous soyons préparés à un week-end pluvieux, le soleil a quand même fait une apparition. Résultat: nous avons ramassé des coquillages, tracé des petits cœurs dans le sable, creusé un grand trou et construit un château de sable ! Nous avons fait une grande promenade sur la plage, jusqu’aux dunes. Ensuite, nous avons repris la direction de l’hôtel en passant par les dunes du Zwin, vers l’intérieur des terres.

Le sentier forestier

Nous avons marché un long moment dans les dunes du Zwin, parallèlement à la Bronlaan. Tout le monde connaît évidemment la réserve naturelle du Zwin. Avec ses 222 hectares, c’est l’une des plus grandes de Knokke-Heist. Les prairies dunaires humides alternent avec des bois, un maquis dunaire et des prairies dunaires sèches, abritant chacun leur faune et leur flore spécifiques. C’est un endroit où chaque saison est totalement différente, où il y a toujours quelque chose à faire. Nous avons pu admirer un paysage automnal haut en couleur, et lorsque le soleil s’est couché, nous avons eu l’impression d’être dans un autre pays, à l’autre bout du monde. Nala a beaucoup aimé la longue passerelle. Nous n’en avons parcouru qu’une petite partie, avant de prendre à droite en direction de notre hôtel. Il paraît que de l’autre côté du Zwin, on rencontre des chevaux sauvages et des bovins le long du chemin : je crois que ça doit vraiment valoir la peine.

 

Hôtel St. Pol

Pour passer la nuit, nous avions réservé une chambre familiale à l’auberge St. Pol. L’hôtel se situe à quelques pas de la plage, du centre de Knokke, des dunes du Zwin, de la réserve naturelle du Zwin et de l’Oosthoekplein, qui abrite de nombreux restaurants et bistrots. Nous avions choisi cet hôtel surtout parce qu’il tâche depuis des années déjà de réduire son empreinte écologique. L’Hôtel St. Pol est le premier hôtel de Knokke à entrer en ligne de compte pour la clé verte, un écolabel international pour le tourisme et la récréation. Toutes les chambres sont nettoyées avec des produits écologiques, les lampes traditionnelles ont été remplacées par des LED, les emballages individuels du buffet petit-déjeuner sont remplacés au maximum par des variantes sans plastique et l’établissement travaille avec des produits du terroir et du commerce équitable.

Nous apprécions toujours quand il y a suffisamment d’options végétales au petit-déjeuner : nous avons eu droit à des biscuits vegan, des fruits frais, du lait de soja et du cacao au soja, du pain délicieux, du granola maison, du yaourt au soja, des noix et des fruits secs. Il y avait même un gaufrier pour préparer de bonnes gaufres chaudes (je ne sais pas si elles étaient totalement végétales, mais elles étaient délicieuses).

Les histoires du propriétaire de l’hôtel étaient encore meilleures que le copieux petit-déjeuner. J’aurais pu l’écouter pendant des heures, tant il parlait avec amour de sa région natale. Et le dimanche matin, comme nous ne trouvions pas de bus pour aller au Zwin, il a eu l’amabilité de nous conduire jusqu’à l’entrée de la réserve naturelle. Je retournerais chez lui rien que pour cette gentillesse.

Notre chambre était très bien aussi : notre fenêtre donnait sur un champ où s’ébattaient deux faons, à la plus grande joie de Nala. En plus, un paquet de spéculoos (ses biscuits préférés) nous attendait sur place, ce qui était très chouette aussi. Nous avons trouvé notre chambre tellement agréable que nous n’en sommes plus ressortis et nous sommes fait livrer nos repas. Lorsque nous sommes allés chercher notre commande en bas, l’hôtel nous a donné des assiettes et des couverts (quelle gentille attention !).

Zwemmen

Le Zwin

Le territoire du Zwin s’étend sur les communes de Bruges, Damme, Knokke-Heist, Sluis-Aardenburg et Oostburg. C’est l’une des principales zones de marécages et vasières du Littoral, inondée par la mer chaque jour. Cette alternance fait du Zwin Parc Nature un biotope unique, abritant une végétation très riche et de très nombreux oiseaux, qui viennent s’y nourrir ou passer l’hiver. Nous avons suivi le sentier reliant différents postes d’observation, huttes de nourrissage, dunes d’écoute et nids de cigognes. Pendant le week-end, on y trouve de nombreux amoureux de la nature et guides qui parlent avec passion du Zwin et de tous les animaux et oiseaux qui y vivent. Nous avons ainsi reçu des explications concernant des petits organismes aquatiques qui nous ont été montrés sous un microscope. Un peu plus tard, nous avons pu observer des moutons dans un télescope. Et plus loin, Nala a fait des puzzles d’oiseaux et a joué au jeu de l’oie avec des grenouilles.

Dommage que l’exposition Guilaume Bijl s’était achevée deux semaines plus tôt, mais même sans cette installation artistique, le musée aménagé dans le bâtiment principal valait le déplacement. Des petits jeux interactifs permettent d’apprendre beaucoup de choses sur les oiseaux du Zwin. L’exposition est conçue pour tous les âges, et même Nala a pu s’y occuper au moins une demi-heure.

The shelter

Tout cet air frais nous avait donné faim, de sorte que nous avons décidé de prendre notre lunch au bistrot du Zwin. Nous avons eu les yeux plus grands que le ventre, car nous avons commandé beaucoup trop : du chou-fleur grillé, une salade de fallafel, une salade de saison, une tarte aux tomates et une portion de frites. Tout était délicieux, et comme nous n’aimons pas gaspiller la nourriture, nous avons tout mangé jusqu’à la dernière miette. Bon à savoir : l’établissement utilise au maximum des produits locaux de saison et presque tout est fait maison, avec une attention particulière pour la cuisine veggie. Nous le recommandons !

Zwemmen

Cette seule nuit à Knokke nous a finalement laissé un goût de trop peu, car nous aurions aussi voulu faire un tour en go-car, visiter quelques galeries et manger une glace sur la digue. Raison de plus pour y retourner l’année prochaine, à quatre, cette fois.

Ontdek hier meer verhalen van Elisabeth.