A faire

Une journée au bord de la mer à La Panne


À La Panne, le quartier Dumont à pied, en cuistax et même à table !

Hello ! Je m’appelle Anne, je suis française, je vis à Lille et, fin 2017, j’ai créé Plus au nord, un blog… un peu spécial. En effet, si les blogueurs vendent en général du rêve avec des destinations lointaines, moi j’ai décidé de voyager à ma porte et de partager mes coups de cœur dans les Hauts-de-France et en Belgique. Championne du saute-mouton par-dessus la frontière, je viens toujours avec un très grand plaisir sur la côte belge.
L’autre jour, j’ai passé la journée à La Panne, avec ma filleule Odile, à la découverte du quartier Dumont. À pied, en cuistax et même à table, les pieds dans l’herbe…

 

Le parc dunaire Kykhill - Monument Albert Dumont - Le quartier Dumont - Parkhotel - Le Cuistax - Chantilly

 

Le parc dunaire Kykhill pour commencer

Un bon conseil pour commencer. Après avoir trouvé un stationnement, filez vers la Zeelaan et le parc dunaire Kykhill. Il est situé entre les numéros 47 et 55 et c’est une porte d’entrée idéale dans le quartier Dumont.


 

Sitôt passé le petit porche en brique, ça grimpe, ça grimpe… plutôt facilement, grâce à un bel escalier.


 

On monte au sommet de la grande dune Kykhill, où un belvédère offre une vue splendide sur le quartier et, entre les immeubles, sur la mer. Kijken signifiant regarder et hille hauteur, pas besoin d’un dessin pour comprendre…


 

Cette haute dune, le Français Arthur Bonzel avait bien pris soin de la contourner, au moment de l’aménagement de la Zeelaan, en 1892. Quelques années plus tard, on a construit au sommet la villa Star, l’une des cinq premières résidences d’été du nouveau quartier. Si cette villa a aujourd’hui disparu, les anciennes pièces du rez-de-chaussée ont été matérialisées au sol. Robert, notre guide du jour, nous a montré le plan, commentant la disposition des pièces.


 

En revanche, les quatre autres villas d’origine du quartier Dumont existent toujours. Il y a Kykhill, la plus perchée de toutes, Les Airelles, Foothill et Beau Séjour, posée elle aussi au sommet de la dune. Avec Odile, on a rêvé un moment devant la très vieille dame de brique, dessinée vers 1895 par Albert Dumont et son fils Alexis. Avant de revenir à la réalité en apprenant que, dans ces années-là, il fallait pomper l’eau dans un puits en forme de tour, tout en-bas de la dune et du jardin. Déjà moins glamour…


 

Mais qui est donc ce M. Albert Dumont ?

Du parc communal Kykhill, on surplombe donc toute une partie de ce quartier Dumont, implanté sur une vaste zone dunaire, dont le relief accidenté a été respecté. Ça monte raide et ça descend ? Normal, on se balade dans des dunes jamais nivelées…

 

 

Mais qui était donc ce M. Albert Dumont, qui a fait sortir de terre le premier noyau du quartier, à l’ouest de la Zeelaan ? Eh bien figurez-vous qu’il n’avait pas de diplôme d’architecte ! C’était un autodidacte complet, un créatif de génie, qui a façonné La Panne… dans un gigantesque bac à sable !


 

Sans règlement d’urbanisme à respecter, Albert Dumont construisait ce que souhaitaient les clients… Parmi lesquels beaucoup de (riches) Gantois, qui venaient sur la côte en train, grâce à la ligne directe Gand-La Panne.

Travaillant au départ avec d’autres architectes, Albert Dumont collaborera surtout avec son fils Alexis, architecte diplômé lui ! D’où leurs deux prénoms associés sur le cartouche de certaines villas…


 

Des villas comme des cottages

S’il n’y a pas deux maisons identiques (sur un total d’environ 500) dans le quartier Dumont, on observe tout de même une certaine unité, beaucoup de villas affichant le style Cottage. Vous savez, ce style inspiré d’Angleterre, avec beaucoup de boiseries et un petit air campagnard…


 

Tous ces jolis cottages sont assis dans des jardins, sauvages comme des coins de nature, respectant le relief dunaire et plantés d’espèces souvent rares. Chaque parcelle doit rester visuellement ouverte, grâce à une clôture basse, afin que l’ensemble du quartier ressemble à un immense jardin. Carrément britannique, non ?


 

Mais tous les terrains n’étant pas occupés dès l’origine, il reste des « trous » qui seront comblés plus tard, permettant une juxtaposition de styles. Art Nouveau, Art Déco, modernisme, le quartier Dumont, protégé depuis 1995, est une vitrine architecturale à ciel ouvert. Un véritable témoignage de l’évolution du tourisme balnéaire.


 

Une dernière chose au sujet du quartier Dumont

Vous vous demandez pourquoi le quartier Dumont compte autant de villas jumelles ? Tout simplement parce qu’il revenait moins cher de construire des villas jumelles que deux villas séparées.

Au départ propriété de la même famille, ces villas doubles appartiennent en général à des familles distinctes aujourd’hui. D’où des rénovations parfois différentes… et vraiment regrettables. Mais fort heureusement, il y a aussi des villas sœurs qui gardent un look identique, tout au long de leur vie…


 

Mes villas préférées dans le quartier Dumont

Personnellement, j’adore Nano-Nanine, une maison-bateau construite en 1936 par l’architecte local Louis Legein et affichant fièrement son style moderniste. J’aime particulièrement la tour d’angle et ces détails, comme les hublots, qui évoquent une construction navale.


 

En observant bien la villa (qui forme un ensemble avec sa voisine Simone, Andrée, Paul), on remarque aussi que l’architecte a prévu deux garages ! Preuve que l’automobile avait fait son entrée dans la bourgeoisie locale…


 

Sinon, j’aime aussi beaucoup Le Chalutier, imaginé par Myriam Dumont, petite-fille d’Albert (le goût de l’architecture, c’est décidément de famille…), et par Gustave Rémy. Construite en 1927 pour le peintre bruxellois Louis Van den Eynde, cette jolie villa a été réalisée en brique jaune locale, comme la plupart dans le quartier. Et si le style Cottage n’est pas loin, moi je lui trouve une petite touche Art Déco qui me plaît beaucoup…


 

Pratique

Un guide patrimonial pour se repérer

Un plan clair et bien fait, localisant 12 joyaux architecturaux dans le quartier Dumont de La Panne, est disponible gratuitement à l’Office de tourisme (Toerisme De Panne), Zeelaan 21, 8660 La Panne. En plus de la carte détaillée du quartier, on y trouve toute une série de fiches sur l’histoire architecturale de la station et les différents styles rencontrés au cœur du quartier Dumont. Une vraie mine d’infos !

+32 58 42 18 18

www.depanne.be


 

Au Parkhotel, jardin avec vue sur le quartier Dumont

Deux heures et quelques kilomètres plus tard, il était (grand) temps de reprendre des forces. Invitées par Westtoer, nous nous sommes posées dans le jardin du Parkhotel, le spot idéal par une chaude journée d’été. Là, nous avons pu déjeuner les pieds dans l’herbe (quel bonheur !), bien à l’ombre sous un parasol, tout en restant au cœur du quartier Dumont.


 

Les enfants en bas âge filent tout droit vers les petites cabanes et les divers jeux de plein air.  Mais ayant largement dépassé l’âge des toboggans, Odile et moi sommes restées sagement à table, sirotant une eau minérale bien fraîche.


 

Côté plats, nous n’avons pas fait dans l’originalité, je l’avoue. En Parisienne peu habituée aux plaisirs de la côte belge, Odile a voulu tester les croquettes au fromage.


 

Quant à moi, j’ai opté pour la sacro-sainte mais tellement délicieuse sole meunière. Accompagnée de sa jolie salade mixte et de son gros bol de frites fraîches. Et servie avec le sourire en prime…


 

Le Parkhotel en pratique

Dans la Dumontwijk : A.Dumontlaan 30, 8660 La Panne

+32 58 41 41 41

www.parkhoteldepanne.be

 

Se balader en pédalant à bord d’un cuistax

Après le déjeuner, direction le front de mer pour louer le plus iconique des moyens de locomotion de la côte, je veux parler du cuistax bien sûr. Cet engin à pédales, qui fait la joie des familles depuis le siècle dernier, est à l’honneur en cette (drôle de) saison 2020. Chaque station a mis en place un nouvel itinéraire et La Panne a même sorti un livret proposant un petit rallye d’une douzaine de questions en lien avec le parcours. Du genre « Combien de gicleurs d’eau la fontaine du Markt compte-t-elle ? » (Odile a dû recompter plusieurs fois…) Ou « Quel est le nom de la réserve naturelle devant vous dans la Frans Beerlantstraat ? »

Dans ce livret, on trouve aussi un plan permettant de réaliser le parcours. Mais attention, en raison du Covid-19, les cuistax ne sont plus autorisés sur la Zeedijk.


 

Même si nous avons très vite pris la tangente, l’aventure a commencé sur cette Zeedijk, chez Arizona, où nous avons choisi un élégant cuistax bleu, de la couleur du ciel, pour deux pédaleurs. Petit coup de chiffon antibactérien, rapide briefing, coup d’œil au plan et roule ! Odile ayant passé avec succès son permis de conduire deux semaines plus tôt, je n’ai pas hésité une seconde. Je lui ai laissé le volant (le vrai, celui de gauche, comme dans une voiture), me réservant l’autre…

Ne pouvant rejoindre la digue, le pilote de notre voiture à pédales a emprunté un petit bout de la Halmenstraat, avant de se lancer sur la Duinkerkelaan puis la Nieuwpoortlaan. Même pas peur du tram de la côte, qui peut surgir à tout moment derrière vous et vous coller aux fesses…


 

Mon as du volant file toujours tout droit jusqu’à Canadezenplein, avant de bifurquer à droite.

Ouf, sauvées, le quartier est beaucoup plus tranquille ! Nous sillonnons les jolies rues, avant  d’aller compter les gicleurs d’eau au Markt puis de remonter un bout de la Zeelaan.

Nouveau virage à gauche et à nous le quartier Dumont !


 

Peu de circulation, d’autres cuistax en vadrouille, plein de jolies villas balnéaires, c’est le bonheur ! Avec Odile, on se demande  laquelle on choisirait pour y vivre le reste de nos jours.

Plutôt Marina ? Plutôt Saint-Vincent ? Ou cette belle blanche ? On s’arrête pour faire des photos mais pas facile de repartir. Car redémarrer en cuistax, ça nécessite d’actionner très fort ses cuisses, le temps de lancer l’engin, surtout dans les montées.


 

Chantilly

Après une bonne heure de balade, on décide de rentrer au port. Il faut reprendre la Duinkerkelaan et rouler sur les rails. À nouveau, je frissonne à l’idée d’une rencontre entre notre frêle cuistax et le tram du littoral… Odile pas, qui continue sa route, trop heureuse d’être au volant…

Bon, je vous rassure, on est arrivées sans encombre chez Arizona. Avec la délicieuse impression d’avoir rigolé comme des gamines, tout en ayant musclé nos cuisses.

Pour fêter cela, quoi de mieux qu’une gaufre à la chantilly, avec un jus d’orange frais, les yeux tournés vers le large ? Encore un plaisir côtier offert à La Panne…


 

En pratique

Arizona, Zeedijk 37, La Panne (De Panne).

arizona-depanne.be

En raison de la crise de la corona, les heures d'ouverture et les horaires peuvent varier. En cas de doute, il est préférable de contacter l'entrepreneur lui-même.
Vous sortez plus souvent dans votre pays? Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque mois des conseils pour des excursions de loisirs en Flandre occidentale !

INSCRIVEZ-VOUS