A faire

Une journée au bord de la mer à Nieuport


Nieuport, entre Grande Guerre et balade sur la véloroute du Littoral

Coucou me revoici ! Si vous avez suivi mes précédentes aventures sur le Littoral, vous savez que je m’appelle Anne, que je vis à Lille et que j’ai créé le blog Plus au nord. Ce dernier a un pied dans la région Hauts-de-France et l’autre en Belgique, ce qui me permet de me balader régulièrement sur votre côte. J’aime la faire découvrir à ma famille et mes amis, qui souvent ignorent tout des plaisirs offerts entre La Panne et Knokke. L’autre jour, j’ai ainsi embarqué ma copine Françoise pour un dimanche à Nieuport. « Une vraie journée de vacances », a-t-elle conclu, à l’heure du retour. Allez, je vous raconte…

 

Westfront - Brasserie NieuwpoortLe Littoral occidental à vélo


Westfront

Journaliste de métier et curieuse comme moi, Françoise est ouverte à toutes les découvertes, même les plus éloignées de ses univers de prédilection. Ainsi, elle a immédiatement été partante, quand je lui ai proposé de visiter Westfront Nieuwpoort, ce centre d’interprétation en lien avec la Première Guerre mondiale.


 

Ni elle ni moi ne sommes passionnées, vous vous en doutez, par l’histoire des conflits mondiaux… Mais Westfront Nieuwpoort est bien autre chose qu’un musée sur la Grande Guerre ! C’est d’abord un original monument en forme de rotonde (ou de couronne, affirment certains), au centre de laquelle se trouve la statue équestre du roi Albert Ier, roi de Belgique. Qui regarde vers l’est, d’où sont arrivés les Allemands, en 1914…


 

Si je connaissais déjà ce monument, construit en 1938, je n’étais encore jamais montée sur la terrasse panoramique, à son sommet. Autant dire que ce dimanche de (presque) grand bleu était idéal pour emprunter l’ascenseur et monter tout là-haut.


 

De la terrasse panoramique au sous-sol

Si Françoise avait tout à découvrir de Nieuport, personnellement j’ai été ravie d’observer de haut des sites déjà connus. Le port de plaisance et sa forêt de mâts, le quai et ses nombreux restos, le centre avec sa jolie église, les canaux et les éoliennes…


 

Mais on a surtout observé la Ganzepoot ou Patte d’oie, ce complexe d’écluses au centre de la page d’histoire racontée par le centre d’interprétation Westfront Nieuwpoort. Six écluses disposées en forme de patte d’oie… ou presque, puisque la patte de ce volatile ne compte que trois doigts ! Mais qu’importe… On a de là-haut une vue imprenable sur le complexe éclusier.


 

Après cette entrée en matière et ce joli moment suspendu entre ciel et terre, descente dans les entrailles du monument. C’est en effet en sous-sol, sous la rotonde en  brique jaune, que se cache Westfront Nieuwpoort. Un centre d’interprétation ouvert fin 2014, un siècle exactement après la tristement célèbre bataille de l’Yser.


 

Toute l’histoire de l’inondation de la plaine de l’Yser

Nous sommes alors fin octobre 1914. Les Belges craignent de perdre la Bataille de l’Yser, tandis que les Allemands ont dans l’idée de franchir le fleuve côtier en direction de Dunkerque. Très affaiblie et repliée sur la frontiière naturelle de l’Yser, avec Français et Britanniques, l’armée belge peine à arrêter l’assaillant à l’extrême ouest du pays et à sauver ce qui reste de son territoire.

D’où cette idée, plutôt géniale, de jouer une dernière carte : celle de l’inondation. On ouvre les vannes des écluses du Ganzepoot à marée haute puis on les ferme pour empêcher les eaux de redescendre… C’est l’inondation de la plaine de l’Yser,  qui place les Allemands face à un no man’s land infranchissable et met fin à leur progression. Cette gigantesque étendue d’eau de 12 km de long restera infranchissable pendant toute la guerre, obligeant les assaillants à reculer. Et protégeant du même coup les ports de Dunkerque, Gravelines et Calais…


 

C’est cet épisode que raconte Westfront Nieuwpoort, au fil d’un parcours baigné de lumière et faisant la part belle aux nouvelles technologies.

Parmi les tables tactiles, l’une présente des photos de divers sites de Nieuport, avant et après la Première Guerre mondiale. La digue, l’estacade, le Markplein, l’église, les villages aux alentours, on comprend vite combien la commune côtière, en première ligne du front occidental, a subi de dégâts. Plus rien ou presque n’est debout…


 

Objets, panoramique et exposition

Au fil des espaces, on découvre toute une série d’objets commémoratifs ou de propagande. Il y a cet authentique casque à pointe allemand, en cuir s’il vous plaît.


 

Il y a aussi ce casque dit Elizabeth, avec sa visière, que l’armée belge abandonnera au cours du conflit…


 

Il y a enfin ces caricatures, cartes postales et même assiettes, glorifiant l’armée belge ou alliée et couvrant de ridicule l’armée allemande. Excellent pour le moral des troupes…


 

À voir également cette amusante propagande, sous forme de fresque, dans l’esprit de la célèbre tapisserie de Bayeux.  Réalisé par John Hassall, un caricaturiste britannique, ce long dessin pliable, intitulé Ye Berlyn Tapestrie (ce qui signifie La Tapisserie de Berlin en faux vieil anglais…), montre la progression allemande en Belgique et en France. Sans bienveillance aucune, forcément…


 

Dans une veine plus contemporaine, le photographe Michiel Hendryckx est parti à la rencontre des traces laissées par la Grande Guerre, le long du Littoral. Son exposition « La guerre au bord de la mer », composée uniquement de clichés en noir et blanc, explore zone occupée par les Allemands et zones du front, de part et d’autre de la frontière.


 

Mais il ne faudrait pas oublier non plus le panoramique du peintre Alfred Bastien, qui évoque la bataille de l’Yser et glorifie la victoire belge… sur 115 mètres de long et 15 mètres de haut !


 

Westfront Nieuwpoort en pratique

Kustweg 2, 8620 Nieuwpoort

+  32 58 23 07 33

www.westfrontnieuwpoort.be

Ouvert tous les jours sauf le lundi

 

Brasserie Nieuwpoort, comme un petit goût de mer du Nord…

Après cette intense leçon d’histoire, place à des plaisirs plus accessibles ! Nos pas nous ont menées au centre de Nieuport, sur une place du Marché profitant des derniers feux de l’été…

Là, flanquée d’une belle terrasse, la brasserie Nieuwpoort mixe joliment esprit contemporain et plats inspirés de la mer du Nord.


 

Pour trinquer à notre journée entre filles sur la côte belge, Françoise et moi avons craqué pour des bières locales. Pour elle, qui n’aime que les bières légères, une Vedett Extra Session IPA à 2,7% seulement. Et pour moi, qui ai du mal à boire une 33 cl quand je conduis, une Sint Hubertus blonde en 25 cl… Excellent choix !


 

Rien que du typique et du délicieux…

Au départ, nous souhaitions prendre un plat direct, histoire de ne pas passer trop de temps à table… Oui mais ça, c’était avant de voir arriver sur la table voisine de superbes tapas en forme de goujonnettes de cabillaud. Ni une, ni deux, nous avons commandé les mêmes, histoire d’accompagner notre bière. Bien moelleuses à l’intérieur et merveilleusement croustillantes à l’extérieur, c’était une vraie petite tuerie ! Et je ne vous parle pas de la sauce tartare maison, avec des herbes fraîches et de jeunes oignons coupés en fines tranches…


 

Ensuite, nous avons opté pour la purée de cabillaud, crevettes grises décortiquées à la main, œuf poché fermier et mousseline de crevettes. Typique de la côte belge, ce plat magnifie, plus que tout autre, la petite crevette grise, appelée aussi caviar de la mer du Nord… Un pur bonheur !


 

Brasserie Nieuwpoort en pratique

Marktplein 19, 8620 Nieuport

brasserienieuwpoort.be

 

Pédaler sur la nouvelle véloroute de la côte ouest

Après ces agapes, il était impératif de faire un peu d’exercice. Et pourquoi pas du vélo, l’occasion de tester le nouvel itinéraire cycliste entre Nieuport, Furnes et La Panne.


 

Venues sans nos vélos (toujours compliqué à transporter, des vélos !), nous avons mis le cap sur Happy, un loueur de bicyclettes sur la digue. Deux jolis vélos de couleur beige nous y attendaient, nos fiers destriers pour l’après-midi !


 

Avant de vous raconter notre périple, il faut que je vous dise un mot de cette nouvelle véloroute de la côte ouest. D’une longueur totale de 48,5 km, elle propose cinq points de départ différents et conduit (par exemple) du port de plaisance de Nieuport à l’embouchure de l’Yser, en passant par le canal Nieuport-Dunkerque, la ville de Furnes, La Panne et les zones naturelles de Coxyde.

Elle est parfaitement balisée avec des panneaux hexagonaux blancs et rouges. Marqués du mot « Westkust » et d’un petit vélo, ils indiquent la bonne route par une flèche.


 

À l’envers et dans la bonne humeur !

Qu’on parte de Nieuport, de Furnes, de La Panne (deux points de départ y sont prévus) ou de Coxyde, il y a donc un sens de circulation à respecter, si on veut suivre les panneaux.

Une évidence… que Françoise et moi avons pourtant ignorée ! Partant après 15 h de la digue de Nieuport, impossible de parcourir l’ensemble de la véloroute avant la fermeture de Happy. Comment avaler plus de 48 km, avec de multiples pauses photo en plus, en trois bonnes heures ? Impossible !


 

Comme nous souhaitions de plus longer la plage et profiter des zones de nature, nous sommes parties de Nieuport vers Oostduinkerke… c’est-à-dire à contresens du parcours !

Une balade pas vraiment « dans les clous » mais tellement agréable ! Ciel bleu, dunes ondoyant sous le vent léger et mer d’huile au loin, que demander de plus ?


 

Rencontre avec les stars d’Oostduinkerke

Première pause pour « mettre en boîte » ces maisons ultra colorées de la digue. Je suis venue plus d’une fois sur la plage de Nieuport et c’est la première fois que je les remarque ! C’est fou comme quelques couleurs vous transforment de classiques villas en vraies œuvres d’art…


 

On avance jusqu’à la fin de la digue, à l’angle formé avec Noordzeedreef et là, surprise ! On se retrouve nez-à-nez avec les montures des pêcheurs à cheval d’Oostduinkerke, qui font découvrir leur tradition ancestrale à des touristes ravis.


 

Françoise aussi est sous le charme et ouvre de grands yeux quand je lui raconte qu’on vient depuis le Japon pour s’intéresser aux pêcheurs d’Oostduinkerke… C’est vrai que le spectacle des chevaux et leurs carrioles s’élançant sur la plage est fabuleux.


 

Un vrai bain de nature !

Puis on s’engage sur la Noordzeedreef, guettant le moment où il faudra tourner vers le bois Hannecart (Hannecartbos). À contre-sens du parcours, pas forcément évident de repérer les panneaux…


 

Mais on trouve finalement l’entrée et à nous la superbe balade en pleine nature ! On pédale dans la réserve naturelle de Ter Yde, un site dunaire de centaines d’hectares, qui va du bord de mer à l’arrière-pays et comprend également le bois Hannecart. Dunes blondes, prairies, zones boisées et flore extraordinaire, le paysage change constamment…


 

Entre les zones de nature pure, quelques zones d’habitation aussi, avec de charmants cottages assis dans la verdure et cachés derrière de jolis jardins.


 

Pêcheurs à cheval, la suite…

La soif se faisant sentir, je propose à Françoise de nous arrêter à Oostduinkerke, à la terrasse de l’estaminet De Peerdevisscher.


 

C’est un endroit que j’adore et où j’ai déjà eu l’occasion de manger de sublimes petites soles. Normal, on sert ici crevettes et poissons rapportés par les pêcheurs à cheval, autant dire que c’est un incontournable d’Oostduinkerke.


​​​​​​

 

Puis nous avons repris nos fiers destriers pour continuer encore quelques kilomètres, avant un retour à Nieuport… cette fois dans le sens de la véloroute et avec l’aide des panneaux indiquant le chemin à prendre…

Un dernier selfie souvenir sur la digue, juste avant de rendre nos vélos chez Happy.


 

Dans la belle lumière du soir…

Ceci fait, nous avons prolongé le plaisir sur la plage, entre estacade s’avançant dans la mer et ruban de cabines blanches.


 

C’est un vrai ballet de voiliers qui entrent au port, en fin de journée. Normal, avec ses plus de deux mille anneaux, le port de plaisance de Nieuport compte parmi les plus importants d’Europe du Nord. Et ce n’est pas fini puisqu’un quatrième port est en projet, avec des centaines d’anneaux supplémentaires. Work in progress…


 

Pour bien finir la journée, restait à aller saluer l’un des emblèmes de Nieuport, la tortue géante de Jan Fabre. Nous l’avions aperçue de loin, en allant nous garer au parking Promenade, à deux pas du front de mer. Hors de question de quitter la station balnéaire sans faire quelques photos de cette œuvre, intitulée Searching for Utopia et réalisée en 2003 pour la première édition du festival Beaufort.


 

Après un séjour sur la digue, la tortue, restaurée et recouverte d’une fine feuille d’or, a été placée en retrait de la mer, près du centre culturel Yasara, au milieu des immeubles. Comme une apparition dorée et follement onirique !

 

 

Où se procurer la carte de la véloroute de la côte ouest ?

Dans les offices de tourisme de La Panne, Nieuport, Coxyde-Oostduinkerke  et Furnes, au prix de 3 euros.

Ainsi que dans la boutique en ligne, sur https://shop.westtoer.be/fr/produit/westkustfietsroute

 

Happy en pratique

Location de vélos Happy : Zeedijk 10E, 8620 Nieuwport-Bad.

+  32 58 23 89 17

 

Estaminet De Peerdevisscher en pratique

4, Pastoor Schmitzstraat, Oostduinkerke

+ 32 58 51 32 57

 

En raison de la crise de la corona, les heures d'ouverture et les horaires peuvent varier. En cas de doute, il est préférable de contacter l'entrepreneur lui-même.
Vous sortez plus souvent dans votre pays? Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque mois des conseils pour des excursions de loisirs en Flandre occidentale !

INSCRIVEZ-VOUS